fbpx
Paris Saint Germain-Qatar-France

Le rachat du PSG par le Qatar a-t-il renforcé le football français ?

Depuis son rachat par le Qatar en 2011 via la filiale sportive du fonds souverain de l’émirat, Qatar Sports Investments, le Paris Saint-Germain a incontestablement dominé la scène nationale. Il fait désormais, chaque saison, partie des compétiteurs de la Ligue des champions.

Il a également réussi à développer sa notoriété au niveau international. Pour ce faire, le Qatar a investi massivement sur le marché des transferts, à hauteur de plus d’un milliard d’euros de dépenses nettes en 11 ans. Mais ce qui est un bénéfice au Paris-Saint-Germain profite-t-il aux autres clubs français ?

Dix ans après le rachat du Paris Saint-Germain par le Qatar, les autres clubs français n’ont pas bénéficié de « l’effet de ruissellement » promis par la théorie économique néolibérale. Cela, selon l’économiste Jean-Pascal Gayant et le journaliste Stéphane Guy.

Les partisans du rachat du club parisien par les Qataris ont fait état d’une sorte d’effet de levier, tant sur le plan financier que sportif, et, à terme, d’une amélioration du niveau de performance général.

La Ligue 1 qui sortait, avant l’arrivée des Qataris, d’une séquence de cinq champions différents en cinq ans, est désormais une véritable chasse gardée du club parisien.

À l’exception de deux saisons chaotiques en 2017 et en 2020, le Paris-Saint-Germain se promène en Ligue 1, faisant tomber tous les records les uns après les autres (96 points en 2016, + 83 à la différence de buts la même année).

Retour en haut